Quand le sport nous transforme 

J'ai grandi le nez dans les livres. Encore aujourd'hui, je les accumule de façon compulsive et je m’y plonge presque quotidiennement.

Je détestais à mort toute forme d'activité physique. À mort. Je ne bougeais tellement jamais, qu'on m'avait diagnostiquée, par erreur, asthmatique à l'effort. 

Un jour, j’en ai eu assez. J'ai commencé à courir. Je m'y suis consacrée à reculons d'abord. Puis, j'y ai pris goût. Au point de ne plus pouvoir m'en passer. Et j’ai commencé à pratiquer d'autres activités, dont le CrossFit. Le sport a tranquillement envahi ma vie. 

Au sport s’est mêlé le désir de performer, que j’ai toujours eu au plan académique. Mais, contrairement à l’obtention de bons résultats scolaires, performer en sport impliquait une transformation physique, beaucoup plus visible que celle de l’esprit. Et curieusement, ce changement n’était pas si facile à assumer. J’ai perdu du gras, des seins. J’ai pris des épaules, des cuisses. Il y avait une inadéquation entre l'image que j'avais de moi-même et celle que projetait le miroir.

 Chloé est à la gauche de la photo!

Chloé est à la gauche de la photo!

Cette transformation a impliqué une série de questionnements, de dilemmes, de jugements de la part des autres et de moi-même. On a beau dire que le jugement des autres n’est pas important, ce n’est jamais vrai. Ça s'infiltre dans notre tête. C'est insidieux, vicieux.

Ça m'a pris des années à accepter. Aujourd'hui, j’assume ce que je suis et j’en suis fière. Ce style de vie a fait de moi une meilleure personne. Je suis plus en contrôle, plus équilibrée. J'affronte la vie avec une énergie que je ne me serais jamais soupçonnée. 

Cette métamorphose m’a beaucoup apporté au plan personnel, mais elle m'a surtout permis de découvrir des femmes extraordinaires. Des femmes belles, fortes et indépendantes. Des femmes qui affrontent la vie comme elles le peuvent. Pas nécessairement des athlètes. Des femmes ordinaires... en apparence. 

Ces femmes foncent, parfois à contre-courant. Elles jonglent avec les nombreuses obligations du quotidien. Elles essuient des défaites, abandonnent parfois, mais ne baissent jamais complètement les bras. De par leur exemple, elles m'ont fait réaliser que je n'avais pas à me trouver une place. Je n'avais qu'à la prendre. Que le moule dans lequel je croyais devoir entrer n'existait pas vraiment. Que je créais moi-même les limites qui m'empêchaient d'avancer.  

Méfiez-vous des femmes passionnées. Par un sport, un travail, un loisir. Peu importe. Les femmes qui font des sacrifices, qui voient grand et qui se dédient sans compter. Ne fermez pas les yeux trop longtemps. Quand vous les rouvrirez, elles auront peut-être silencieusement pris le contrôle du monde.

Chloé Savignac :)


Vous aussi vous avez un récit inspirant, écrivez-nous à mckenna@masmontreal.com

Au plaisir de vous lire et de vous publier!

Mckenna :)

Mckenna Bisson